Un collège dans son quartier.

Le collège LDV dans les années 70

En 1973, M. Jacques GALAUP, Maire-Adjoint, écrit dans le bulletin municipal : "Ceux qui reviennent après deux ans d’absence ont du mal à reconnaître le carrefour de la Croix Saint-Lambert, devenu un vaste rond-point… et, juste à côté, un C.E.S. De Montélimar à Calais, ils se ressemblent tous." C’est vrai. Les collèges Jean Macé, Beaufeuillage et Croix Saint-Lambert, ceux de Plérin et de Ploufragan ont un air de famille, car construits dans les mêmes années. Ils correspondent aux besoins de scolariser la totalité des jeunes jusque 16 ans, dans une agglomération qui double sa population en une vingtaine d’années. M. GALAUP décrit ensuite avec beaucoup d’humour la construction rapide du collège, entre février et septembre 1972, les querelles entre les différents services, la nomination des personnels et la rentrée des 360 élèves qui doivent enjamber les perceuses et éviter les peintres qui n’ont pas fini leur travail ! En dix ans, le nombre des élèves s’accroît rapidement, pour atteindre le sommet de 901 en 1982 : cela correspond à la densification de l’habitat du quartier et de Trégueux. Il faut construire les deux classes préfabriquées sur le parking arrière, et les élus envisagent un moment de construire un nouveau collège aux confins de Trégueux et de Ploufragan. Ensuite, le vieillissement de la population entraîne la baisse des effectifs, qui tombent à 434 en 2003, pour remonter à 687 en 2019.

Difficile de se trouver un nom.

C.E.S. (pour Collège d’Enseignement Secondaire) nationalisé mixte de la Croix Saint-Lambert, rue Romain ROLLAND, Saint-Brieuc : ainsi étaient libellées les affectations des personnels.

Plus tard Collège remplace C.E.S., mais Croix-Lambert ou Croix Saint-Lambert ?

Il faut attendre 2004, pour que Mme Cécile HINAULT nous affirme que la ferme où elle vivait, à l’emplacement du rond-point et du collège, s’appelait "Croix Saint-Lambert".

En 1983-84, par deux fois, la municipalité propose un patronyme : Jean MOULIN puis Pierre MENDES-FRANCE. Le C.A. refuse à une courte majorité, préférant garder le nom du quartier.

En 2004, une large concertation aboutit au choix du nom actuel : Léonard de Vinci.

L’histoire d’un génie : Léonard de Vinci.

Léonard de Vinci

Fils naturel d’un notaire et d’une simple paysanne, Léonard naît à Vinci, à 30 km de Florence, où son père se fixe en 1469. Il reçoit une éducation complète avant d’entrer dans l’atelier de Verrochio, à la fois sculpteur, orfrèvre et peintre, où il reste 7 ans, ce qui contribue à sa formation polyvalente dans tous les arts plastiques.

En 1481, il quitte Florence pour Milan, où il est engagé comme sculpteur (monument équestre du duc Sforza), comme (cathédrale de Milan et de Pavie), et comme scénographe : il construit plusieurs décors de théâtre et de fêtes pour la cour des ducs.

En peinture, il travaille aussi bien à des portraits (La Belle Ferronnière) qu’à des fresques comme la grande Cène de Sainte-Marie-des-Grâces à Milan (1495-1497).

C’est à Milan qu’il commence à s’intéresser à toutes les sciences, qu’il s’agisse de géométrie, de mécanique ou d’hydraulique, tandis qu’il rédige un Traité de la peinture, où il compare la peinture aux autres arts et théorise la représentation du corps humain, la façon de rendre l’ombre et la lumière.

En 1499, quand les Français entrent dans Milan, il se rend à Mantoue et Venise où il travaille pour Isabelle d’Este, puis revient à Florence en 1503 pour travailler avec Michel-Ange à la décoration du Palais de la Seigneurie. C’est de cette époque que datent La Joconde et la Vierge à L’Enfant avec Sainte-Anne.

A partir de 1506, il fait des va-et-vient entre Florence et Milan, où il travaille pour les Français. En 1513, il suit Julien de Médicis à Rome, où Léon X se l’attache comme ingénieur.

Invité en 1517 par François 1er, il s’installe à Amboise où il meurt en 1519 avec le titre de "premier peintre, ingénieur et architecte du roi". Il participe à la conception de l’escalier de Chambord.

Quelques citations de Léonard de Vinci.

« Faites que votre tableau soit toujours une ouverture au monde ! ».
« Regarde attentivement car ce que tu vas voir n’est plus ce que tu viens de voir. ».
« La rigueur vient toujours à bout de l’obstacle. ».
« La nature est remplie d’une infinité de raisons dont l’expérience n’a jamais vu la trace. ».
« La simplicité est la sophistication suprême. ».
« La sagesse est fille de l’expérience. ».
« Il n’y a pas de maîtrise à la fois plus grande et plus humble que celle que l’on exerce sur soi. ».
« Les choses de l’esprit qui ne sont pas passées par les sens sont vaines. ».